» Système Web pour les Groupes Vocaux et Musicaux

Prochain concert

Saint-Germain-des-Prés   Verdi Saint-Germain-des-Prés Verdi

Le Requiem de VERDI

Le 5 juin 2014 à 20h30

Concerts en l’église Saint Germain des prés, à Paris le 5 juin 2014 et le 6 juin en la cathédrale de Chartres.

Le 5 juin 2014 : Le Requiem de Verdi en l’église Saint-Germain-des-prés de Paris, concert donné par le Chœur et Orchestre Philharmonique International


Le Requiem de Verdi, un plaidoyer pour la miséricorde divine

Lorsque le 22 mai 1874, dans l’église San Marco, à Milan,  le célèbre compositeur italien donne son Requiem pour la première fois, il ne pense qu’à rendre hommage à la mémoire de son ami, le poète et écrivain Alessandro Manzoni.

A l’époque Verdi est immensément populaire. Après des débuts difficiles, il a composé vingt-huit opéras d’une incroyable force dramatique, où le public italien a puisé un nouveau souffle patriotique. Mais il a peu écrit en dehors du théâtre. Et cette messe funèbre, qui reste une œuvre isolée, en porte  incontestablement l’empreinte.

«Un opéra en vêtements sacerdotaux ! », se serait exclamé le gendre de Liszt, Hans von Bülow découvrant cette messe qui diffère si sensiblement des requiem antérieurs, de Mozart, Cherubini, Berlioz.

De fait l’équilibre traditionnel entre l’« Introït », prière humaine montant vers Dieu, et le «Dies irae » de cette surprenante composition est visiblement rompu en faveur du jugement divin. Entre évocations infernales et supplication pour le salut des âmes, le déchaînement de la colère divine devient, plutôt que sa miséricorde, la véritable clé de voûte de l’œuvre. Le dramaturge qu’est Verdi multiplie les effets qu’il maitrise si bien : trompettes cachées, quatuors vocaux, fugues, double chœur,  final  lyrique… Le compositeur, véritable génie romantique, exploite ici tous les moyens possibles pour traduire l’émotion et toucher l’assistance.

Le public réserva, à l’initiative, un accueil enthousiaste. Le Requiem fut redonné aussitôt à La Scala de Milan, à Paris, la semaine suivante, puis à Londres et à Vienne. Un siècle et demi plus tard, cette composition sacrée demeure une œuvre majeure. Dramatique et profondément religieuse, elle fait de la prière et du deuil une effusion intense, un cri de douleur !

 

Prière chuchotée, plaidoyer pour une miséricorde divine, terreur de l’Apocalypse

 

Informations de billetterie très bientôt

J.


» Géolocaliser le concert